Le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses

Sculptrice : Louise Bourgeois

Mais écoutez plutôt cette vieille dame menue, ce « tout petit format aux yeux bleu intense » : elle a la langue féroce. « Comme le dit La Rochefoucauld, pourquoi parlez-vous donc tant ? Qu’est-ce que vous avez à cacher ? […] Je me méfie des mots. Ils ne m’intéressent pas, ils ne me satisfont pas. » Seules les formes l’intéressent.

Bourgeois

Bourgeois devant Maman
(Photo : radagast)

Sculptrice : Dominique Gonzalez-Foerster

Par bonheur pour moi, quand Dominique Gonzalez-Foerster a préparé une exposition pour la Tate de Londres en 2008, elle a décidé d’y inclure un de mes livres de science-fiction. Car Dgf est fascinée par l’avenir de l’art. Plus exactement, elle fait collection de scènes d’anticipation artistique. « Que sera l’art dans le futur ? » Je suis allée à Londres, au Turbine Hall, voir mon livre enchaîné à un des lits de de la monumentale exposition TH 2058 et j’ai rencontré Dgf.

DGF

DGF
(Comment a-t-elle réalisé le trognon de pomme géant de son expo au Turbine Hall ? Réalisé par studio effets spéciaux James Bond.)
(Source : artobserved)

2002 : le chanteur Christophe l’appelle un matin (« le miracle du coup de fil du 2 janvier »). Il lui propose de suivre sa tournée pour faire une vidéo. Du coup, Bashung aussi (dgf5.com/cinema/t4/Bashung).

– Pas trop ramenard, Christophe ? Et Bashung ?

– Ah nan. Ah nan nan nan nan nan. Les très bons, ils sont très bons.

« Ce sont des types qui lisent énormément, qui voient énormément de films. »

« Ils ont chanté Les mots bleus en duo pour moi à Grenoble, t’imagines ? » [Ah nan]

bashung

Self-defenseuse : le pink gang

Sampat Pal Devi définit la technique du pink gang par l’exemple : « Il y a six mois, une femme a été violée et nous sommes allées avec elle au commissariat de police. Au début, les chefs ont refusé de prendre la plainte […]. Nous avons traîné l’officier de police hors du commissariat et nous l’avons battu avec nos bâtons. » Simple.

Sampat Pal Devi

Sampat Pal Devi
(Source : Barcroft media)

Self-defenseuse : Irene Zeilinger

Zeilinger a sorti son Non c’est non (petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire), disponible gratuitement sur editions-zones.fr. Le titre ! Tout est dans le titre. « On se limite à quelques gestes simples, efficaces et accessibles à toutes, explique Zeilinger. Le but n’est pas de s’entraîner pendant des années pour pouvoir se défendre. »

Zeilinger

Zeilinger
(Source : éditions Zones]

 

« Par rapport aux Saris roses, j’ai aussi une petite remarque : les actions que vous décrivez ne sont pas de l’autodéfense dans le sens stricte du terme. Ce sont des stratégies de résistance collective contre des violences qui ont déjà eu lieu et qui sont de type social, tandis que l’autodéfense vise la défense contre des violences actuelles ou imminentes de type interpersonnel. Faire en Europe ce que les Saris roses font en Inde poserait de multiples problèmes avec la justice : violences contre des fonctionnaires, coups et blessures sans aucune nécessité de légitime défense, on pourrait même les considérer comme une organisation criminelle, voire terroriste. A mon avis, il est important de rajouter que les Saris roses, comme d’autres mouvements de femmes en Inde, organisent des cours d’autodéfense pour les femmes et les filles, dans les campagnes comme dans les villes. »

Star du rock : Nina Hagen

A partir de là, un cycle s’enclenche : Hagen fait un album controversé puis une tournée triomphale parce que c’est une bête de scène, se marie, voit des soucoupes volantes, fait un album, une tournée et un enfant, change de religion, fait un album puis une tournée, parle aux extraterrestres, change de mari et ainsi de suite jusqu’à nos jours.

Hagen

Hagen
(Source : spirit-of-rock)

79, c’est aussi l’année où Hagen est interviewée en live par la chaîne de télévision autrichienne RBB, dans le cadre de l’émission Club 2. Au milieu d’une question quelconque, Hagen décide d’expliquer à l’intervieweur médusé comment stimuler son clitoris quand on fait l’amour afin de mieux parvenir à l’orgasme. Regardez-la : moulée dans un pantalon en spandex noir et un tee shirt jaune marqué « Ferdinand », Hagen galipette dans toutes les positions, montrant avec des gestes précis où mettre les doigts et comment. Je ne pourrai jamais assez la remercier.

Hagen

Hagen sur RBB

 

Star du rock : Amanda Palmer

Amanda Palmer enregistre un album, monte une pièce, réseaute à mort, publie un livre de photos d’elle en cadavre, part en tournée, montre son bidon dodu dans un clip et se brouille avec sa maison de disque mais qu’importe : elle demande à ses fans d’avancer l’argent pour qu’elle puisse enregistrer son album suivant et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça marche. Elle réunit 15 000 dollars en trois minutes.

En 2012 aussi, Amanda Palmer écrit-compose-interprète The killing type. Rah.

AFP

Amanda Palmer par Mélanie Fazi

Moi : Tu as lu dans Le Monde ? Sur Amanda Palmer et le Daily mail ? Tu connais Amanda Palmer, la pianiste punk ?

Mélanie : Oui.

Moi : Elle a fait un concert à Glastonbury et le Daily mail a sorti un article dessus. Ecoute ça : « Le tabloïd britannique n’a retenu de sa prestation qu’un sein furtivement découvert au cours d’une des chansons, avant qu’elle ne puisse réajuster son soutien-gorge. De sa voix, de ses chansons, de l’ambiance, nous ne saurons rien. »

AFP

Amanda Fucking Palmer
(Photo AFP / Alpha Press)

Du coup, au concert suivant, Amanda Palmer a arraché son peignoir et elle est restée toute nue devant son clavier, à chanter Dear Daily mail. Tu l’as entendue, sa chanson Dear Daily mail ?

Mélanie : Oui.

Moi : Je traduis en gros, « Dear Daily mail, ça fait quand même dix ans que je montre mes seins et le reste à mon public parce que je suis une grosse punk, si tu étais moins crétin tu le saurais », haha !

(Source : livepozitive)

Tu as vu la vidéo de Dear Daily mail ? Au moment où Palmer enlève son peignoir, tous les spectateurs hurlent de joie et elle, elle tend les bras vers eux en disant : « Shhhh, it’s just a naked woman. » Juste une femme nue.

AFP

(Source : abasco in Russia)

Moi : J’adore Amanda Palmer. Tu la connais ?

Mélanie : Oui, je connais Amanda Palmer. Je l’ai beaucoup écoutée, je l’ai beaucoup vue sur scène, je l’ai même interviewée deux fois. Et j’ai participé à une de ses jam sessions.

27 comments for “Le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses

  1. claire desaint
    20 mars 2014 at 11 h 27 min

    bravo, très utile à mettre dans les mains des parents.
    Je suggère de l’envoyer aux fédérations de parents d’élèves et conseiller-ères d’orientation.

    • Catherine DUFOUR
      20 mars 2014 at 13 h 39 min

      Excellente idée, je le fais de ce pas. Merci.

  2. ledermann
    21 mars 2014 at 1 h 42 min

    pour Chantal Mauduit les montagnes du Népal l’on tuer en 98

    • Catherine DUFOUR
      25 mars 2014 at 12 h 30 min

      Oui, en effet.

  3. Catherine DUFOUR
    25 mars 2014 at 12 h 32 min

    Merci ! Haro sur le pink, comme vous dites.

  4. 30 avril 2014 at 17 h 28 min

    このようにあなたのWeb​​ I電話修正レアメタルショアでの携帯電話について一緒にお手伝いをしますだけで何を見ている。 ウェブI電話修正サイトの多くは、私の携帯電話は、1日の中に復元されたので、あなたが出てはなりませよすぐに実用的にそれをバック送信することができたかもしれない長い時間に関して、せいぜい泊多分カップル 瞬間のように、特定の修正を実行することが、ネットの場所へのアクセスに時間がかかります。 あなたは、私の携帯電話を使用してミスをします他のアイテムを見つけることができます。

    • Catherine DUFOUR
      30 avril 2014 at 22 h 34 min

      Mais comment donc.

  5. 14 mai 2014 at 20 h 27 min

    Je découvre le livre avec l’émission #LesMaternelles et en cherchant, le blog que je suis en train de lire avidement ! Et je me marre ! J’ai hâte de lire ton livre du coup.

    (Et si seulement on pouvait véritablement gagner sa vie en maternant !..)

    • Catherine DUFOUR
      15 mai 2014 at 9 h 22 min

      Bonne lecture et merci !

  6. sandrine
    22 mai 2014 at 14 h 48 min

    ha ha c’est une copine-maman-d’école-déléguée-parents-d’élèves qui m’a envoyé le lien sur votre livre…

    • Catherine DUFOUR
      22 mai 2014 at 15 h 18 min

      Qu’elle soit ici remerciée !

  7. pierre
    24 juin 2014 at 9 h 16 min

    à quand Catherine Dufour dans les pharmacies ? ( attention , respecter la dose prescrite : l’utilisation prolongée peut entrainer une perception déformée de la réalité … ou pas )

    • Catherine DUFOUR
      24 juin 2014 at 14 h 50 min

      Joker modérateur !

  8. manuel
    26 juillet 2014 at 14 h 18 min

    Mme Carrère d’Encausse est un mauvais exemple, la fin de l’URSS dans son livre était du à la montée des musulmans ce qui n’a pas été du tout le cas.

    • Catherine DUFOUR
      24 août 2014 at 18 h 19 min

      Erm, oui, j’aurais du songer plutôt à Suzanne Citron, nous sommes bien d’accord…

  9. Frank
    3 novembre 2014 at 10 h 07 min

    hello Catherine

    Grand fan de ton travail, avec une mention spéciale pour « Le goût de l’immortalité » que je salue comme l’un des meilleurs livres de SF que j’ai jamais lu.

    Je suis père « paternant » de 2 petites filles et je me réjouissais de partager la lecture de ton livre avec l’ainée qui a 9 ans. Mais en parcourant les fiches métiers qui sont sur cette page, je crois que ça ne va pas le faire.. Est ce qu’on retrouve dans le livre les allusions aux filles qui se touchent sur les photos d’un chanteur chinois menacé de démembrement ? Idem pour Despentes et son Baise moi dont je ne remets pas en question les mérites littéraires, mais n’y avait il pas un autre exemple de femme auteure talentueuse déjantée et libérée ? Pourquoi pas toi ?
    J’ai continué à parcourir tes fiches et je comprends pas non plus la présence des tortionnaires dans ton livre.

    J’adore l’idée générale, vraiment mais je ne comprends pas pourquoi il est comme torpillée par quelques exemples à contre-emploi qui en limitent l’impact et la diffusion potentielle. A 9 ans ma fille lit très bien et elle aurait adoré ton livre, mais je vais devoir la faire poireauter encore quelques années avant de lui mettre en les mains.

    • Catherine DUFOUR
      3 novembre 2014 at 22 h 19 min

      Bonjour, et merci. Pour ce qui est de mon Guide des métiers, il n’est pas pour enfant, davantage pour jeune fille et moins jeune. l’idée est de leur donner envie de ne pas se limiter dans leurs choix. On peut lire certaines fiches aux petites filles, mais pas toutes. « La vie est une chose très triste mais il n’est pas utile de le dire aux enfants. » (Pagnol) Quant aux fiches Mafieuse ou Tortionnaire, il m’a semblé nécessaire de montrer que les femmes ne sont pas toujours de tendres licornes. Amicalement.

  10. Frank
    4 novembre 2014 at 9 h 28 min

    Merci pour ta réponse, et pour ton conseil. Tu sais, je trouve vraiment très bonne ton idée, mais je ne peux pas faire la lecture de morceaux choisis à ma fille de 9 ans. Au delà de la frustration que cela ne manquerait pas de provoquer, elle saurait réfléchir au fait qu’il y a quelque chose d’étrange à ne pas vouloir lui laisser lire par elle même un livre si formidable.

    Je conclue, pour ne pas abuser de ton temps ni de la place sur la page, en émettant une humble requête de fan : si tu en as l’occasion un jour, ce serait super d’avoir un de tes livres qui s’adresse d’abord aux enfants. Pas pour les distraire mais pour les aider dans la petite bataille de la (des)information qui se joue dans leur univers, au quotidien. Pour que ce ne soit pas toujours les adultes qui puissent se cultiver ou s’informer les premiers quand cela concerne aussi, et parfois même en premier lieu, les enfants.

    Amicalement.

    • Catherine DUFOUR
      5 novembre 2014 at 12 h 07 min

      C’est difficile. En général, quand je propose un livre pour enfant, l’éditeur s’empresse de l’empailler en ôtant tout ce qui est sexe et mort, beaucoup plus pour plaire aux parents qu’aux enfants d’ailleurs.

  11. Chloé
    15 février 2015 at 22 h 09 min

    Bonjour,
    J’ai l’impression qu’il y a un problème sur le choix éditorial de votre livre; en le titrant pour « petites » filles et en omettant toute illustration, il ne peut pas s’adresser aux adolescentes, qui seraient pourtant son public-cible! C’est d’autant plus dommage que mes collègues professeurs-documentalistes et moi-même sommes très enthousiasméEs par les textes!
    Est-ce que ça ne pourrait pas être amélioré lors d’une réédition?

    • Catherine DUFOUR
      7 mars 2015 at 14 h 52 min

      C’est un titre humoristique, j’imagine.

  12. stefderelaymiro
    6 mars 2015 at 18 h 52 min

    Bon ben,je vais commander celui là, aussi je navigue sur les méandres du fleuve « histoire de France. Cet aprem , j’ai pouffe bêtement sur le patronyme du chaperon rouge. Dans un wagon du métro 12, ça craint ?…. Ils ont du se dire: encore une nana bourrée.

    • Catherine DUFOUR
      7 mars 2015 at 14 h 49 min

      Oh non, ils dorment tous là dedans.

  13. stefderelaymiro
    7 mars 2015 at 8 h 21 min

    Désolé pour le premier commentaire « failed », et le second à la ponctuation aléatoire, écrire un commentaire, avec son fils de 2 ans sur les genoux ,peut être épique. Donc. Je vais commander ce guide dont le titre m’attire déjà. En attendant je rigole toute seule sur la banquette d ‘un métro. Pov’ Vareuse. Je fini par avoir honte de ne pas vous lu plus tôt. Comme quoi l’autopromotion c’est la solution.sur ce je retourne m’occuper de mon pti tyran domestique. Si il continue je vais en faire une grenouille.

    • Catherine DUFOUR
      7 mars 2015 at 14 h 48 min

      Ou une citrouille ? Bon métro.

  14. 20 mars 2015 at 16 h 20 min

    Je viens de le finir. amusants certains choix.
    sans hésiter : J’aurais voulu être Florence Aubenas, pas pour ses mésaventures, non.
    pour son humanité sa dignité et sa plume.
    J’aurais pu être Sextoy dans une autre vie, mais je suis nulle au violon.
    Si vus faites un second tome, j’ai 2/3 idées.
    Routier, kiosquière, joueuse de foot ou de rugby …. tout sauf princesse ou alors celle là:
    https://www.youtube.com/watch?v=4CBGiLgTYgM

  15. P.
    6 janvier 2016 at 17 h 43 min

    Bonjour,

    Il m’a fallut 20 ans pour rencontrer des filles qui ne voulaient pas être des princesses… Enfin presque, j’ai bien une de mes tantes qui n’a jamais voulu être une princesse (elle voulait être cascadeuse, ça n’a pas marché, mais l’ambition était là), mais elle ne comptait pas c’était déjà une adulte quand j’étais une adolescente, autant dire qu’à cette époque aucun adulte ne pouvait me comprendre… Comme tous les adolescents idiots du monde qui pensent qu’ils sont les seuls à souffrir…
    Et puis on m’offre votre livre, je trépigne, j’adore le titre, et puis je regarde l’auteur, j’adore l’auteure aussi (j’ai lu blanche-neige et les lances missiles, je me suis bidonnée). Je ne me suis toujours pas miraculeusement transformée en princesse, les princesses c’est nul et chiant, et moi je suis chiante mais pas nul et puis je déteste le rose. Je ne serais jamais une princesse, ce livre est pour moi, je le sais !
    J’ouvre le livre, ce livre qui parle de métier, pendant « une pause » à mon travail et je lis :  » en matière professionnelle, on a le droit d’évoluer, voire de bifurquer, et même de faire volte-face et de changer du tout au tout. » Ironie ? Moi qui m’ennuie tellement dans un boulot que j’ai rêvé de faire, parce que je n’ai rien à faire, mais rien à faire. A part tous les trucs que j’invente pour m’occuper et essayer d’être professionnelle et qui des fois ne suffisent plus. Psychologue, quand personne ne vient vous raconter ses malheurs c’est chiants comme la pluie.
    Bref tout ça pour dire que j’aime beaucoup ce que vous faites : votre écriture, votre humour et vos idées. Vous arrivez toujours à point nommé dans ma vie, même si ce n’est pas de votre fait 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *