L’ivresse des providers

Les personnages

Evariste Galois (1811-1832)

Evariste Galois (1811-1832)

« Evariste Galois n’était pas né aussi malchanceux que Katic Lenn : d’abord c’était un garçon, ensuite ses parents étaient socialement plus portés sur la magistrature que sur le goémon, enfin c’était un génie précoce.
Ce qui ne l’empêcha pas de se faire jeter deux fois de Polytechnique, une fois de Normale Sup’, deux fois en prison et une fois dans la fosse commune du cimetière Montparnasse. »
(Page 65, chap. Le fantôme dans le télégraphe)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le poète Novalis (1772-1801)

Le poète Novalis (1772-1801)

« Le dernier entrant était un fantôme de prince efflanqué aux cheveux fous, vingt ans et des yeux millénaires, une sorte d’Hamlet avant son orphelinage ou de Roméo sans Juliette, vêtu de velours vert d’eau et de dentelles sales. »
(Page 207, chap. Le blues de l’orang-outan garou)

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud (1854-1891)

Arthur Rimbaud (1854-1891)

« Mais ce qui frappait tout d’abord c’était la porte d’entrée, gardée d’un côté par un pigeonnier moussu, une tourelle haute de deux mètres et chapeautée d’ardoises avec une ouverture grillagée à hauteur d’homme, et de l’autre coté par une ronce […] On distinguait un visage humain derrière la grille du pigeonnier. »
(Page 205, chap. Le blues de l’orang-outan garou)

 

 

 

 

 

 

 

 

Textes de référence

Monsieur de Champourneux est une copie du Rhino de Marigny de Barbey d’Aurevilly dans Une vieille maîtresse, et la famille de la Coupe de Base est une copie de la famille Walter chez Bel-Ami de Maupassant, dont vous pourrez trouver le texte intégral chez Gallica. Ici, un extrait : la lente agonie de la mère après que son amant eut épousé sa fille. J’ai essayé d’imaginer le sort qui attend la jeune épousée après un mariage pareil.

Pages: 1 2 3 4

3 comments for “L’ivresse des providers

  1. Max
    22 décembre 2014 at 12 h 00 min

    Il y a un an, la veille des vacances d’été, je me suis demandé ce que j’allais bien pouvoir lire. Comme j’en avais aucune idée, direction la bibliothèque du village, piochant un livre ou deux au hasard, pas vraiment convaincu. Parce que bon, quand on a épluché du fantastique à foison pendant l’adolescence on finit par plus être très emballé…
    Puis, en cherchant dans les basses strates des rayons, je tire un livre aux couleurs étranges. « Blanche Neige et les lances missiles ». Trouvant le titre plutôt fun, je l’empreinte.
    Mais si j’avais su ! Un an plus tard je me tort de rire devant le deuxième tome, devient fan inconditionnelle de Palcopie (pourquoi lui d’ailleurs ?), cherche Posper dans les tableaux de Hopper, apprends l’informatique et réussi à convertir mes amis à la folie de ces bouquins. Ha et comme j’ai conscience de mon retard, je cherche aussi activement les autres tomes (« Ha ouiii celui là on connait ! Mais on l’a pas. » Et vous pouvez le commander ? « Non il est plus édité. » Humph. « Pardon ? » Non rien.)
    Enfin voilà, tout ça pour vous dire merci, j’ai jamais autant apprécier la lecture d’un livre fantastique !

    PS : petite question, le troisième tome c’est Merlin l’ange chanteur (« Merlin l’enchanteur ? » Non, l’ange chanteur, vraiment vous n’y comprenez rien…) ou Blanche Neige contre Merlin l’enchanteur (« Blanche Neige contre Merlin l’ange chanteur ? » Non, l’enchanteur, mais vous le faîtes exprès !) ou les deux ?

    • Catherine DUFOUR
      22 décembre 2014 at 12 h 13 min

      Merci beaucoup pour votre message. Vraiment. En fait, la série « Quand les dieux buvaient » comporte quatre tomes : « Blanche-Neige et les lance-missiles », « L’ivresse des providers », « Merlin l’ange chanteur » et « L’immortalité moins six minutes », parus chez Nestiveqnen et probablement épuisés. Mais ils sont ressortis au Livre de poche en deux tomes : « Blanche-Neige et les lance-missiles » (les deux premiers) et « Blanche-neige contre Merlin l’enchanteur » (les deux derniers) et ceux-là sont tout à fait dispo. Je vous souhaite de très bonnes fêtes.

  2. Max
    22 décembre 2014 at 14 h 20 min

    Merci pour la réponse (super rapide d’ailleurs !)
    Je vais donc me pencher sur cette deuxième partie de série avec plaisir !
    Bonne fêtes à vous aussi et bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *