En noir et blanc et en silence

Goût

in la 2ème édition du Goût de l’immortalité, Ed. Mnémos, 2008

Celle là est un développement de l’univers du Goût de l’immortalité et l’introduction de Outrage et rébellion.

 

Il me semble être au premier matin du monde.
Le soleil a envahi la chambre. Il fait toujours beau, à cette altitude. Et le soleil est toujours jeune.
Je respire profondément et les poumons officient.
Je cligne des yeux et ma vue est claire comme l’eau.
Je lève les mains, je les regarde. Les articulations jouent sans craquer.
Je m’assoie dans le lit et j’ai déjà compris.

J’ai enlevé une par une les ventouses qui me couvraient. J’ai vu les deux seins collés très haut sur les premières côtes. Je me suis levée avec une aisance liquide et, quand il s’est retrouvé debout face au jour, ce joli corps en pleine résurrection a joui du bonheur d’être.
J’ai eu un moment d’inquiétude. J’ai creusé ma vieille cervelle à la recherche du terme exact. Orgasme.
Je me suis sentie un peu ridicule. A plus de cent ans, est-il décent de se trouver debout, nue et affligée de contractions vaginales ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *