[postface à L’accroissement mathématique du plaisir]

Une nouvelle vient souvent d’une simple idée ou de plus léger encore : une image. Le reste du travail se résume à une seule question : par quel bout la prendre ?

On choisit le style et le rythme exactement comme un sculpteur sélectionne ses outils avant d’attaquer une pièce de bois : “ L’ébène, c’est dur comme du caillou, va me falloir le burin de dix, la gougette, l’émeri gros grain et pour finir, hm… térébenthine ou huile de lin ? ” Le sculpteur décide mais le bois lui-même a ses exigences, ses limites et, pour tout dire, sa propre obscure volonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *