Je ne suis pas une légende !

Je ne suis pas une légende

in revue Bifrost n° 30, Ed. du Bélial, 2003

Inspirée par les paysages riants de Levallois Perret et dédicacée à mademoiselle Bi, aka Brigitte Claverie-Del Vecchio

 

Il était tard, il faisait nuit et tiède. Malo enfila la petite ruelle qui menait de chez Johnson & Johnson à la bouche de métro. La lune roulait au dessus des buildings neufs, ronde blanche et dure comme le sein d’une statue cassé net. Malo entendit un bruit de pas pressés derrière lui (le cliquetis adorable d’escarpins à talons pointus), se retourna et mademoiselle Bi se jeta dans ses bras.
Dents en avant.
Malo eut un mouvement de recul qui sauva sa jugulaire. Mademoiselle Bi s’affaissa contre sa poitrine, tomba assise sur les petits pavés en travertin que la municipalité briquait quotidiennement, et se mit à pleurer :
« Je ne sais pas ce qui m’arri-ive ! Excucusez moi…
– Mademoiselle Bi… »
Malo posa sa serviette sur les petits pavés en travertin et s’agenouilla auprès de mademoiselle Bi. Elle était jolie, mademoiselle Bi. Menue, des cheveux tout simples et très bruns (ce qui ne se faisait plus guère), des tailleurs à mourir d’ennui, un sourire timide… elle était bien jolie, mademoiselle Bi. Malo releva son visage du bout d’un doigt : très, très jolie… mais ces dents, mon Dieu !
Malo n’avait jamais songé à trouver l’âme sœur chez Johnson & Johnson. Même une partenaire sexuelle, ça ne l’avait pas effleuré. Autant chercher un anchois dans un sucrier. Mademoiselle Bi lui avait toujours paru plaisante, mais… mais jamais si jolie.
« C’est quoi, ces nouvelles dents, mademoiselle Bi ? »

Le podcast

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *