Brèves de teuf à la SNCF

neuroleptiquesSamedi soir de printemps, 23 heures.

Une gare désaffectée du XIVème arrondissement. A l’entrée, le tamponneur peine à trouver un bout de peau libre entre les tatouages de J. Décor terriblement SNCF : guichets, tourniquets, flocage à l’amiante.

En guest star, un pee trap imparable : le chiotte qui s’ouvre de l’extérieur et pas de l’intérieur. Deux niveaux de son : tek en bas, punk en haut. Le bar à bières est au milieu. Par terre, une moquette scotchée.

– Tu crois qu’elle est ignifugée ?

– Ecrase ta clope dessus, tu verras bien.

– Je peux pas, je suis pas encore assez bourrée.

Aux murs, les lumières colorées des spots.

 

Niveau bas.

Assis en rond sur la moquette, une longue canette à la main, les yeux égarés dans les fractals :

– C’est quoi, cette tek ? Hard Core Xtreme ? Experimental ?

– Travaux Publics ? Dentisterie ?

– De la Noise. On dit : de la Noise.

– Ah ? C’est nouveau ?

– Très.

– Putain, comment tu veux danser là dessus ? Même les djeunz, y z’y arrivent pas.

– Ils sont bien, les fractals. C’est quoi ?

– Des spaghettis.

– Ils sont bien.

– Bon, on monte ?

 

Niveau haut, 2 heures du mat’.

Assis sur la moquette, une fin de canette à la main, les fractals sont planquées derrière un mur de djeunz. Un groupe commence son set.

– Brrrrrrrrrrrrrrrôôôôôô !

– C’est quoi ? C’est du punk ?

– Ah non, c’est du goth.

– Portnawak, c’est du métal. Pur métal. Le truc qui arrache la glotte.

Le chanteur a l’air normal. Il a de très beaux cheveux longs, bruns, brillants, et l’air content. Il sourit à la foule enthousiaste, agite son micro :

– Vous en voulez une autre ? Bon, on va vous en faire une autre. Celle-là, on n’a pas eu le temps de la finir, alors elle a pas de titre et les paroles sont encore un peu indécises…

Le batteur inspire un grand coup, le bassiste prend la pose, le chanteur ouvre grand la bouche :

– Brrrrrrrrrrrrrrôôôôôô !

Un TGV passe en contrebas, tous feux éteints. Pas moyen d’ouvrir les fenêtres.

– C’est à cause des fils, là, m’explique JP. Ceux qui passent à un mètre de nous. Mille milliards de volts, ou à peu près. C’est pour ça qu’on ne peut pas ouvrir les fenêtres. Pour que les types qui travaillaient dans ces bureaux ne, euh…

– Se suicident pas bêtement ?

– Probable. Tu veux une autre bière ?

– Rrrrrrrrrrrrrrrrrr !

– J’ai un copain qui a fait un skeud comme ça. Throne of dead emotions. Comme ça pendant deux gigas. Pur métal.

– Et après ils te disent : on a vachement travaillé les textes.

 

Niveau milieu, 3 heures, debout sur un pied dans l’escalier.

Ca monte, ça descend, les dreads volettent dans la fumée.

– Y a les flics dehors ?

– Paraît.

– C’est ici le plus intéressant, quand même.

– Ah, c’est là qu’on voit tout ce qui se passe, hein ?

– Tiens ? Voilà Machine.

– Tu la connais ?

– C’est une pétasse.

– Tu la connais.

– Le genre, quand elle me croise, elle s’exclame « T’as l’air fatiguée, toi, dis-donc ! ». Une pétasse. On va en haut ?

 

Haut, 4 heures ou quelque chose.

Tek nippone. Le mix est plutôt bon et par dessus, deux gonzesses Hello Kitty, japonaises comme je suis nigériane, yodlent dans des micros. Je mets du temps à comprendre la parole :

– Buy our CDiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

– C’est quoi, ce truc ?

– Moi j’aime bien.

– Tu veux une autre bière ?

– Y a rien d’autre ?

– Y a qu’un seul dealer et il a l’air très fatigué. Il a vendu un truc à une fille et elle a pas l’air bien, donc.

– Toujours avoir un cobaye sur soi.

 

Bas.

Le mur de son est immuable. Les spaghettis tournoient toujours sur un drap tendu.

– Merde, c’est encore le trip BTP ? Ils ont pas encore changé le DJ ?

– Ils en ont changé deux fois depuis qu’on est arrivés.

– Merde.

 

Lit, 9h30.

Ca fait une heure qu’on dort. JP s’extrait de la couette, très sûrement pour pisser. Je le suis à l’oreille, vaguement. Il passe devant les wawa sans s’arrêter. Il va probablement boire à l’évier. Chute du couvercle de la poubelle en métal (Balang blang) sur le carrelage. Bruit de source qui résonne (« Mais qu’est-ce qu’il fout ? »).

Je me lève. Debout sur le carrelage bleu, tête ballante et jambes écartées, JP pisse dans la poubelle de la cuisine.

– Eh… qu’est-ce que tu fous ?

Il relève la tête, regarde sa queue, me regarde et dit, d’un ton navré :

– Je crois bien que je suis en train de pisser dans la poubelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *