Pâles mâles

in Au bal des actifs : demain le travail, Ed. La Volte, 2017

Celle-ci aurait dû s’intituler L’arithmétique terrible de la misère – qui est terrible et vous force à lui ressembler. Mais c’était un peu long.

Elle s’est retrouvée mise en son à l’occasion de la 10e biennale internationale du design de Saint Etienne 2017, dans l’espace Extravaillances / Working dead (organisé avec le collectif Zanzibar) sous le nom de Small jobs (thanx 2 la magnifique Floriane Pochon).

 

Il sut. Ou plutôt, il vit. La boite à cul de haut vol, la moquette aussi épaisse que sa cuisse, le cool jazz, les bruits mouillés de la chair en action, l’odeur de cuir et d’entrecuisses, le mobilier – des filles à quatre pattes avec des seaux à glace sur le dos, des garçons à genoux portant une gerbe de vraies fleurs, des filles et des garçons écartelées contre les murs en tableaux vivants et dans l’aquarium, quoi de plus gracieux, et pervers et coûteux, quoi de plus luxueux en fait, qu’une noyée aux cheveux épars ? Un beau corps mort, inaccessible et nu, Thanatos elle-même venant saisir Eros fatigué par la queue et le branlant jusqu’à la prostate.