Le poème au carré

Dédicacée à Lewis Padgett et sa (leur) nouvelle Tout smouales allaient les borogoves, à qui mon addiction doit beaucoup.

 

Alice

in Mission Alice, Ed. Mnémos, coll. Icares, 2004

Et, à l’idée de devoir encore grandir, rapetisser, et courir après des lapins blancs et tomber sur au moins trois mille kilomètres et écouter des poésies presqu’aussi longues, elle se sentit terriblement lasse et se rallongea sur l’herbe.

« Oh ! » fit-elle. Au dessus du tilleul, d’immenses nuages glissaient contre le bleu du ciel, et ils étaient positivement oranges, avec des nuances ici et là comme des croissants plus sombres, qui ressemblaient exactement à des zestes confits.

« Je n’ai encore jamais vu des nuages si bizarres », dit Alice en se rasseyant. Elle était en train de lisser à nouveau ses cheveux quand un lièvre coiffé d’un entonnoir passa juste à côté d’elle, et disparut dans un taillis à sa droite. Alice se leva avec un soupir et s’approcha du taillis, au dessous duquel s’ouvrait un terrier d’allure familière. Pour une fois, me voilà contente d’avoir grandi : il est tout à fait impossible que je tombe à nouveau jusqu’au terrain de croquet de la Reine, songea Alice. Non qu’elle n’aimât pas le croquet, mais celui là était très difficile à jouer, surtout parce que les flamands roses et les hérissons n’étaient guère obéissants.

La même en anglais et en full text, by John Hywel.

2 comments for “Le poème au carré

  1. Ubu Roi
    30 août 2017 at 23 h 12 min

    Je n’ai pas compris qui a écrit quoi mais je crois entrevoir la possibilité de savoir enfin ce qu’est un borogove. Après des années de perplexité.

    • Catherine DUFOUR
      1 septembre 2017 at 16 h 51 min

      C’est du Vian.

Répondre à Ubu Roi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *